Kering, l’histoire d’une transformation : du bois à la distribution (1/3)

Logo Kering

De 1962 à 2015, Kering (ex PPR) est passé de négociant en bois à n°6 mondial du luxe. Comment cette transformation s’est opérée ? Qu’est ce qu’on peut apprendre de Kering? Cette analyse en 3 partie nous permettra de mieux comprendre le groupe, sa stratégie, son secteur et ses perspectives.

Qu’est ce qu’on peut apprendre des débuts de PPR (futur Kering) ?

 

Juin 1962, avec 15 000 €, le jeune François Pinault se lance dans le négoce de bois. Il crée Pinault Distribution, spécialisé dans ce secteur et dans les matériaux de constructions.

Etant dépendant du marché du logement, l’entreprise connaît une belle croissance. De 1962 à 1975, la construction des logements est en hausse dans toute la France. Pour optimiser son développement, Pinault Distribution rachètent des dizaines de PME de l’industrie du bois

 

Après 8 ans d’existence, le chiffre d’affaire en 1970 est de 11,4 millions € pour un bénéfice de plus de 114 000 €. François Pinault, n’est pas satisfait. Il décide de céder 80% de son entreprise au britannique Venesta pour environ 4,5 millions €. En investissant le produit de cette cession sur le marché financier du sucre, l’entrepreneur gagne 15,2 millions €.

 

Suite au premier choc pétrolier, Pinault Distribution traverse une grosse crise. Le dépôt de bilan n’est pas loin et Venesta est asphyxié. 18 mois après l’accord avec les britanniques, l’entrepreneur leurs rachète les parts qu’il leurs avait vendu. Pour … 762 000 € environ, soit plus de 4 millions d’€ de plus values pour François Pinault.

Cet épisode marque le début de l’aventure PPR.

Le cœur de métier de Pinault Distribution est le bois. A partir de 1975, le nombre de logements construits, élément déterminant pour le secteur commence à décroitre. L’entreprise traverse cependant cette décrue assez sereinement. Par opérations de croissances externes, elle rachète des PME en liquidation ou dépôt de bilan, les redresse et les revend. Ce mode de fonctionnement ne peut néanmoins être permanent.

 

Nous sommes au début des années 1990. Sentant venir l’économie de consommations, François Pinault s’intéresse au monde de la distribution.

CFAO (spécialiste dans la distribution et le négoce en Afrique) et CDME (distributeur de matériels électriques) en France sont les premières acquisitions du groupe Pinault.

En 1991, le groupe Pinault fait son entrée dans la grande distribution spécialisée avec l’acquisition de Conforama.

S’en suivront une série d’acquisitions :

  • 1992 : Prise de contrôle de Printemps SA, de La Redoute et de la Finaref
  • 1993 : Rapprochement de la CDME et de Groupelec Distribution (n°3 de la distribution de produits électroniques) pour former Rexel
  • 1994 : Prise de contrôle de la FNAC
  • 1994 : Acquisition de SCOA, principal répartiteur pharmaceutique d’Afrique de l’Ouest
  • 1997 : Prise de contrôle d’Ellos, leader de la vente à distance en Scandinavie, par Redcats société de ventes à distance, construite autour de La Redoute)
  • 1998 : Acquisition de 49,9 % de Brylane, spécialiste de vente à distance aux Etats-Unis, par Redcats
  • 1998 : Prise de contrôle de Guilbert, spécialiste de la distribution de fournitures de bureau

Notons qu’en 1994, le groupe prend le nom de Pinault-Printemps-Redoute.

En 1996, le groupe crée Orcanta, une chaine de lingerie. De même en 1998, le groupe crée Made in Sport, une chaine de magasins d’articles de sports.

En 1995 le groupe a lancé laredoute.fr et fnac.com en 1996. Il s’agit des premiers sites de e-commerce en France.

Pour l’année 1998, le chiffre d’affaire du groupe est de 16,51 milliards €.

 

logo PPR

Logo PPR

Pinault-Printemps-Redoute est devenue en l’espace d’une dizaine d’années un leader mondial de la distribution spécialisée. Conforama, Redcats, La Redoute, la Fnac, Rexel, CFAO sont tous leaders dans leurs secteurs.

 

Le groupe s’est développé en faisant preuve d’un flair exceptionnel et en anticipant les besoins des clients. En prêtant attention aux signaux faibles, il a su se projeter sur des marchés prometteurs.

  1. En s’appuyant sur la croissance du marché du logement, il a pu faire de Pinault Distribution un des leaders du bois en France
  2. Le premier choc pétrolier a pour conséquences de faire mettre la clé sous la porte à plusieurs entreprises. Mais ces entreprises ont encore de beaux actifs. Pinault Distribution les rachète, les redresse et les revend.
  3. La population ne cesse de croitre. Toutes ces personnes ont besoin de consommer. Au lieu de se lancer dans la grande distribution générale, le groupe Pinault investit plutôt dans la grande distribution spécialisée. Les marges y sont plus intéressantes.
  4. Pour faciliter l’acte de consommation et toucher plus de clients, Pinault-Printemps-Redoute investit dans la vente par correspondance et fait preuve d’innovation en lançant laredoute.fr et fnac.com, 2 des premiers sites e-commerce de France.

 

Ce qu’on peut apprendre de l’analyse du groupe Pinault-Printemps-Redoute (futur Kering), c’est que le flair est indispensable à toute aventure entrepreneuriale. Il ne suffit pas d’avoir une idée pour réussir un projet. Tout le monde a des idées. Il faut pouvoir sentir les opportunités et avoir le culot d’aller les chercher. Il faut apprendre à repérer les signaux faibles émis par les consommateurs.

 

 

“Le succès de l’entrepreneuriat est avant tout une question de flair.” – Margaret Thatcher

 

 

Pinault-Printemps-Redoute va rentrer dans une nouvelle phase au début des années 2000;.

Le 19 mars 1999, le groupe prend des parts dans Gucci et acquiert Sanofi Beauté (Yves Saint Laurent, Roger Gallet, Van Cleef & Arpels).

Qu’est-ce qu’un acteur de la grande distribution spécialisée vient faire dans le secteur du luxe ? C’est quoi le projet ?

La partie 2 sera consacrée à ce nouveau Pinault-Printemps-Redoute, acteur du luxe et de la grande distribution.


Sources

Les EchosLibération, La république des vanités,  Kering

Gaël-Germain GODONOU

Geek, afro-réaliste, entrepreneur, passionné de stratégie et d'analyse financière, rêve de faire le tour du monde.

2 commentaires

  1. Pingback: Kering , l'histoire d'une transformation : la distribution et le luxe

  2. Pingback: Kering , l'histoire d'une transformation : focus sur le luxe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *